lundi 27 décembre 2010

Bonne année 2011 !

Pour finir 2010 et bien commencer 2011, en musique et en danse, sur le thème du bonheur, visionnez la vidéo qui suit...
Que cette année vous permette d'avancer dans vos projets,
de donner confiance et espérance à ceux qui parfois s'essoufflent ou désespèrent
et qu'à tous, elle apporte sérénité, paix et douceur, que nos efforts se conjuguent pour bâtir ensemble un monde plus ouvert, plus respectueux de la vie en général.
video

mercredi 15 décembre 2010

Nourrir les hommes sur le web

Pour les Secondes qui souhaitent reprendre les notions étudiées en cours, voici deux sites:
- une exposition virtuelle du producteur au consommateur avec des exemples concrets,

dimanche 12 décembre 2010

une autre visite dans l'oeuvre de Monet


Vous n'avez pas pu vous rendre à l'exposition Monet, voici une invitation réservée et personnelle entre musique et peinture.
Une autre approche des oeuvres du maître...

L'oiseau de feu



Serge de Diaghilev demande à Igor Stravinski de composer, pour les ballets russes, un conte dansé. Il est donné à l'Opéra de Paris pour la première fois le 25 juin 1910. L'argument s'inspire d'un conte populaire russe où le fils du tsar (Ivan Tsarévitch) entre dans la forêt ensorcelée de l'immortel Kachtcheï en suivant un oiseau de feu qu'il capture. Il ne le relâche qu'après avoir obtenu de lui la promesse de son aide et une plume dotée de pouvoirs magiques. Peu après, le prince rencontre treize princesses. Il tombe amoureux de l'une d'elle, mais capturé par le l'immortel, il est condamné à être transformé en pierre. L'oiseau de feu le sauve et les fiançailles sont célébrées.
Elle inaugure le ballet moderne: les danseurs expriment avec simplicité des gestes ou postures du quotidien. La musique donne la part belle aux vents et aux percussions. Le jeune compositeur emprunte ses mélodies au répertoire populaire russe.
Un peu d'histoire des arts:
L'Opéra est installé au palais Garnier depuis 1875. Le ballet est omniprésent soit en première partie d'un opéra ou encore dans un opéra. Cependant, depuis l'incendie de 1873 qui a détruit costumes et décors, les représentations traditionnellement données semblent compromises. L'image des ballets à cette époque s'approche de celle des tableaux de Degas, à savoir, un univers féminin. Le début du XX ème siècle révolutionne la danse. Les ballets russes triomphent à Paris au Théâtre du Châtelet dès 1909. Les spectacles associent à la fois modernité et classicisme. Deux figures masculines se distinguent: Adolf Bölm et Nijinski.
Vous pourrez écouter et voir dans sa composition de 1910 l'oiseau de feu en cliquant sur le titre du billet.

Paris du 15 avril au 12 novembre 1900, "Le bilan d'un siècle"


Au Champs-de-Mars, aux quais de Seine, à l'esplanade des Invalides ou au bois de Vincennes, Paris expose son présent et son avenir.
La ville lumière s'impose comme la capitale de la science, du progrès et la vitrine de la culture européenne dans une gigantesque exposition universelle. La "fée électricité" y est à l'honneur, de nombreuses innovations techniques marquantes de ce nouveau siècle y sont assemblées (le trottoir roulant baptisé "Rue de l'avenir" ou encore le Cinéorama des frères Lumière, et attirent une foule bigarrée de curieux, de scientifiques, d'étrangers ... soit plus de 50,8 millions d'entrées !
Le métropolitain (carte en lien), inauguré symboliquement le 19 juillet 1900, offre un accès rapide et aisé aux divers sites.
Les premiers Jeux Olympiques hors de Grèce y sont également organisés par Pierre de Coubertin mais le rayonnement attendu pour cette manifestation sportive est éclipsé par l'exposition. Notez la présence des femmes au tennis (dont l'une médaillée), au golf et celle du premier sportif de couleur (rugbyman).
La courte vidéo suivante en retrace les événements majeurs.

video

Detroit's Beautiful, Horrible Decline


Detroit's Beautiful, Horrible Decline

Lee Plaza Hotel, fermé dans les années 1990, il était l'un des plus luxueux hôtel de la ville
Voici quelques unes des photos prises par deux Français en visite dans la ville de Detroit (Michigan) et publiées dans le Time. Elles permettent de découvrir une autre Amérique, marquée par la rouille ou l'abandon après les faillites. C'est donc à la "Rust Belt" plus qu'à la "Manufacturing Belt" que ces images se rattachent.

lundi 6 décembre 2010

Des éoliennes pour produire de l'eau

Comment fonctionnent ces éoliennes qui produisent de l'eau ?
Sont-elles l'avenir de certains pays vivant dans le stress hydrique chronique voire permanent ?
Pour vous documenter, voici un article.
Le slogan employé par la société qui développe ce système annonce le produit et ses effets: "Vous nous donnez le vent, on vous donne de l'eau". Marc Parent est l'heureux papa de cette éolienne baptisée Eole Water. Cela fait déjà plus de 8 ans que le premier prototype fonctionne dans la plus grande discrétion et produit en moyenne 150 à 200 litres par jour. Le coût de production varie entre 10 000 et 50 000 euros selon le modèle installé. Pour vous en convaincre une vidéo de l'inventeur. Les peuples du désert savent récolter la rosée en tendant des filets depuis la nuit des temps, les scientifiques cherchent à ce jour, à développer le principe de captation de cette eau dans l'atmosphère, à une plus grande échelle. Voici encore une courte synthèse du CNRS à lire.

Roger et moi, dénoncer le capitalisme aux Etats-Unis selon M. Moore



Roger and me (film à voir par le lien), l'un des premiers long métrage de Michael Moore, nous donne à découvrir comment, dans sa ville natale de Flint (Michigan), les usines GM (traduisez General Motors) où son père est employé, ferment subitement, jetant des centaines d'Américains issus de milieux modestes dans la crise. Tourné en 1989 sur ses deniers personnels, le film est construit à la manière d'un documentaire pour dénoncer les restructurations décidées par le président de GM, Roger Smith. 30 000 salariés sont licenciés sur une population de 150 000 habitants. Le film bat des records inattendus et propulse sur le devant de la scène publique son auteur, âgé alors de 35 ans. Sa carrière s'internationalise rapidement, ses combats (précocement entamés au lycée) considérés comme d'extrême-gauche aux Etats-Unis trouvent là un moyen de diffusion unique. Dans le cadre du programme de Terminale, nous avons abordé les limites de l'hyperpuissance. Un bref résumé de ce film illustrera aisément un exemple de dénonciation interne du système capitaliste américain.

Nostalgie de la lumière, un film philosophique sur la mémoire



Des classes de Terminale du lycée se rendent cette semaine au cinéma pour voir ou revoir le magnifique film chilien daté de 2009 et sorti cette année en France, la Nostalgie de la lumière (Nostalgia de la luz). Bande annonce et autres vidéos liées.
Le film de Patricio Guzman se déroule à près de 3 000 mètres d'altitude, sur le haut plateau chilien d'Atacama. C'est une oeuvre de réflexion sur notre passage terrestre en un lieu où des archéologues mettent au jour des momies précolombiennes, où des femmes recherchent leurs disparus au temps de la dictature de Pinochet et où des astronomes pointent leurs télescopes vers l'univers.
L'auteur, victime de Pinochet en 1973, s'est rapidement attaché à réaliser un travail d'écriture pour faire jaillir la mémoire et les mémoires dans un espace temps infini. Ainsi, le calcium des étoiles est semblable à celui de nos squelettes, rappelle le film. Le ciel et la terre s'unissent dans ce désert d'altitude pour raconter qui nous sommes, d'où nous venons et où nous retournons.

mercredi 24 novembre 2010

Platon et la musique


Si vous souhaitez vous lancer dans une lecture différente de Platon, en suivant les travaux de Jay Kennedy de l'université de Manchester, vous découvrirez alors comment le philosophe aurait également évoqué, dans ses écrits, des principes musicaux.
En effet, nous n'avons pas toutes les clés de lecture des siècles passés. C'est ainsi qu'il nous faut souvent revenir sur des certitudes passées et corriger nos approches. Jay Kennedy relance ainsi les hellénistes à revisiter leurs connaissances. Sa théorie est résumée ainsi sur le site mis en lien:
Platon s'était déjà interrogé sur la nature des sons (1).
Il se serait servi des lignes pour tenir une sorte de comptabilité musicale. Il aurait introduit des symboles dans son oeuvre. Ainsi, il aurait évoqué par les concepts positifs, les notes considérées comme harmonieuses (3e, 4e, 6e, 8e et 9e ) et par les concepts négatifs les notes qui ne le sont pas (les 5e, 7e, 10e et 11e).
Les spécialistes rejettent encore ces "découvertes", demeurant sceptiques.
Pour les courageux, j'ai mis en lien avec le titre, l'article en anglais de l'université de Manchester.
(1)
« Se promenant devant la boutique d'un forgeron, il fut frappé par le fait que les garçons de la forge, frappant sur la même enclume, en tiraient des sons très différents. Comparant la seule caractéristique qui différaient parmi les marteaux, à savoir combien ils pesaient, le philosophe fit la découverte qui lia à jamais la musique (ou plutôt le phénomène sonore) à la science des nombres: les intervalles musicaux étaient en correspondance avec la masse des marteaux. Par exemple, en frappant l'enclume avec un premier marteau, et un autre deux fois plus lourd, on obtenait une octave. Si on frappait avec un marteau de 8 livres, et un autre de 12 livres (rapport 3/2) on obtenait une quinte etc...»

jeudi 18 novembre 2010

Début de Guerre Froide et intellectuels européens

Dans le contexte de la fin de Seconde Guerre mondiale, bien des intellectuels furent séduits par le communisme, ses promesses incarnées dans la victoire de Staline sur le nazisme. Cependant, dès 1947 et surtout la fin des années 40, les espoirs d'un nouvel ordre mondial s'effondrent à la lecture des évènements et des coups de force successifs.
Sartre, par exemple, évoque cette rupture entre son idéal marxiste et la réalité des faits dans sa pièce Les mains sales (1948). La violence peut-elle servir la révolution ? L'efficacité doit-elle tout permettre à un révolutionnaire, même ce qui est contraire à la liberté ?
La vidéo jointe est une présentation de la pièce et une courte analyse des situations et des personnages par les acteurs.
Le Britannique, George Orwell, avait déjà publié en 1945, la ferme des animaux, satire dans laquelle il présentait la révolte des animaux contre les hommes pour dénoncer la révolution d'octobre 1917 et le stalinisme.


video

dimanche 14 novembre 2010

La science au service de l'Histoire (ici, dans l'Antiquité)

La science permet aujourd'hui aux archéologues et historiens de pouvoir dépasser certaines limites en architecture par exemple. Quel aspect un bâtiment en grande partie détruit ou les vestiges de ce dernier nous apprennent sur ses fonctions, son rôle dans l'espace urbain ? Parfois aucune représentation complète ne donne plus ce type de renseignement qu'une reconstitution en 3D réalisée en collaboration avec des archéologues, des historiens, des informaticiens.
La première vidéo réalisée par des universitaires espagnoles donne à contempler les splendeurs de l'Acropole au siècle de Périclès (V ème siècle avant J.C). Les images de synthèse en couleurs nous font prendre conscience de la toute puissance de la cité inscrite dans la pierre et visible de tous sur la colline de l'Acropole.
Les techniques employées dans l'Antiquité ne sont pas toujours bien comprises. Quelles étaient les connaissances des contemporains de l'empereur Claude lorsqu'ils durent réaliser les tables claudiennes ? Quelles techniques de métallurgie employait-on ? Pour cela, les Historiens font appel à un ingénieur en tribologie et un Archéo-métallurgiste (archéologie expérimentale) pour élucider la fabrication de cette stèle de bronze aussi parfaite que si elles avait été réalisée par une machine de nos jours. Ainsi, à l'issue de ce documentaire, vous découvrirez la surprenante découverte qui permet de mieux saisir toutes la valeur de cette inscription, marquante pour les contemporains de Claude, tant par son sens que par son aspect.

video video

jeudi 11 novembre 2010

11 novembre 2010: hommage aux lycéens et étudiants Résistants en 1940


Deux classes du Lycée Racine ont été invitées à la cérémonie du 11 novembre 2010 sous l'Arc de Triomphe pour commémorer la manifestation du 11 novembre 1940. Vous pouvez visionner la vidéo témoignage de quelque uns des Résistants lycéens, accompagnée des commentaires d'un Historien. Une autre vidéo a laissé également la parole aux lauréats du concours national de la Résistance 2010 pour évoquer ce qu'ils ont ressenti.
La photo: arrivée des lycéens parisiens portant la croix de Lorraine bleue, réplique de celle réalisée pour le 11 novembre 1940 par leurs prédécesseurs- dont certains témoignent dans la vidéo.

mercredi 10 novembre 2010

La chanson de Craonne

La musique et les chansons jouent des rôles parfois majeurs dans les conflits pour mobiliser, contourner la censure, dénoncer ...
La chanson de Craonne est à ce titre particulièrement remarquable. Elle fut chantée par les soldats lors des mutineries de 1917 sur le Chemin des Dames (Aisne), et reprise dans les temps de conflit avec l'autorité, dans l'après guerre. Son analyse offre une vision particulière non seulement du vécu des "poilu" à cette date, mais aussi les motivations de leur désobéissance. Ce texte engagé est le fruit de plusieurs amalgames et auteurs.
Contexte: Le "plateau" est celui qui surplombe le village de Craonne (plateau de Californie), lieu de l'offensive Nivelle du 16 avril 1917. L'Etat major cherchait à percer les lignes allemandes et relancer une guerre de mouvement pour gagner. 1917 est l'année de la Révolution russe et des nombreuses guerres à l'arrière.
Thèmes abordés par la chanson: échec de l'offensive de 1917, de la vie dans les tranchées "la relève"qui permet de relever ceux au front et d'en laisser d'autres mourir, les permissions qui permettent de voir les "embusqués" (ceux qui échappent au conflit et que les "poilus" dénigrent), le ressentiment d'être des "puretins" fantassins au front "sacrifiés" tandis que les "civelots"(civils) sont protégés, l'emploi du terme de "grève" pour mutinerie en liaison avec les mouvements autour de la Révolution.
En lien avec le titre des compléments du crid (Collectif de Recherche International et de Débat sur la guerre de 14-18)



lundi 8 novembre 2010

Micheline Bood, une lycéenne du lycée Racine


Voici des extraits du journal de Micheline Bood pendant la guerre et témoin de l'occupation mais également engagée dans ses idées politiques. Elle n'hésite pas à le témoigner dans son journal. La publication de cet écrit est épuisé, mais pour ceux qui le trouveront dans une bibliothèque, c'est sans doute une source non négligeable sur l'histoire du lycée.
Micheline Bood, Les années doubles: journal d'une lycéenne sous l'occupation, Paris Laffont, 1974.
Cette année, le sujet du brevet des collèges à Pondichery comporte un extrait de ce journal dans le sujet d'Histoire.



La manifestation du 11 novembre 1940 (suite)



Vous pouvez consulter ce dossier du musée de la Résistance (en lien avec le titre du billet) pour approfondir cette manifestation. Cette caricature illustre la force des étudiants contre l'occupant "la plume est plus forte que l'épée".

samedi 6 novembre 2010

Histoire d'un immeuble parisien: la Maison des Etudiants des Etats de l'Afrique de l'Ouest

De 1960 à 2010, un immeuble parisien du XII ème arrondissement (au 69-71 boulevard Poniatowski) a vécu au tempo de l'histoire tourmentée de l'Afrique de l'Ouest.
De 1946 à 1960, il fut le lieu de résidence des parlementaires de l'AOF (Afrique Occidentale Française). Aimé Césaire s'y rendait, comme bien d'autres grands hommes de culture outre mer et africaine sous la IV ème République.
Après l'accès à l'indépendance de l'AOF en 1960, il devint le quartier général de la FEANF (Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France). L'élite de cette partie du monde ayant réalisé ses études à Paris y séjournèrent alors et jusqu'à ces derniers mois.
Ce bâtiment vient d'être muré et ses derniers occupants relogés en cet début novembre. Cet immeuble raconte son histoire tourmentée par la voix de ses amis, occupants au travers de ce film de 14'30 réalisé par une cinéaste avec le soutien de LDH Paris 12 et du collectif de vigilance Paris 12 pour les droits des étrangers.

vendredi 5 novembre 2010

La mémoire: le soldat inconnu 1920-2010

Reconstitution (citadelle souterraine de Verdun) du choix du soldat inconnu par le soldat Auguste Thin le 11 novembre 1920. Il devait déposer son bouquet sur l'un des huit cercueils recouverts du drapeau tricolore et en présence du ministre des anciens combattants André Maginot. Il raconte l'événement ainsi:« Il me vint une pensée simple. J'appartiens au 6e corps. En additionnant les chiffres de mon régiment, le 132, c'est également le chiffre 6 que je retiens. Ma décision est prise : ce sera le 6e cercueil que je rencontrerai. »
Cette année, les cérémonies du 11 novembre 2010 à Paris souhaitent souligner deux évènements attachés au 11 novembre 1918:
- le choix du soldat inconnu qui sera déposé en 1920 sous l'arc de triomphe à Paris, signe de l'atrocité de la guerre
et
- le mouvement de Résistance du 11 novembre 1940 (voir précédent billet).

Comment expliquer cette "héroïsation" de la mémoire ?
Quel rôle jouent les lieux de mémoire ?
La mémoire officielle est celle qui est encadrée par la vie politique, par des choix politiques. Ici, celle de commémorer parallèlement les 11 novembre 1920 et 1940.
La mémoire collective se construit autour des récits des témoins et acteurs puis se transmet, se reconstruit.
La mémoire nationale caractérise l'union de la nation autour d'un évènement officialisé par une date fixée et célébrée.

L'exemple du soldat inconnu sous l'arc de Triomphe est une histoire relevant de ces mémoires.
En cliquant sur le titre du billet, vous pourrez accéder à un document relatant le choix difficile du soldat.
Bertrand Tavernier a repris cette quête dans son film, La vie et rien d'autre, pour illustrer les désillusions, les pertes de repères liées au traumatisme de la guerre. (étude réalisée en classe)

vidéo Jean Tulard présentant le film de Bertrand Tavernier, La vie et rien d'autre dans lequel le choix d'un soldat inconnu pour un officier chargé d'identifier les corps après le conflit entre en totale contradiction avec sa mission auprès des soldats tombés au feu et aux familles endeuillées !

samedi 23 octobre 2010

Un éco-quartier, c'est quoi ?



Les élèves de Seconde étudient des éco-quartiers dans le chapitre sur les villes. Ce sont des projets d'aménagement de quartiers élaborés par des cabinets d'architectes selon les principes du développement durable. Ainsi, ils offrent à la fois une mixité sociale, des activités variées tout en consommant un minimum d'énergie et en employant au mieux des ressources renouvelables.
Le quartier modèle souvent évoqué est celui de BedZED dans le Grand Londres (photo).La vidéo jointe le présente dans son principe et son application.
Paris s'est lancé dans la réalisation de son premier éco-quartier dans la friche de la gare du Petite Ceinture ZAC Rungis (XIII ème arrondissement). Le site du projet donne quelques représentations visuelles du quartier qui ne sera occupée qu'en 2011 (fin de l'année au mieux).


video

mercredi 20 octobre 2010

Réviser les villes des Etats-Unis avec la NBA

Voici un lien pour jouer (en anglais) et réviser votre géographie des villes américaines avec la NBA. Vous devez retrouver la localisation des 30 franchises NBA. Un bon moyen pour également approfondir vos connaissances sur ces villes.

Playtime (1956), Tati alter mondialiste ?

(Cliquez sur le titre pour visionner les dernières scènes du film ici analysées)

Dans ce film, Jaques Tati joue du franglais associé à la modernité, à la jeunesse des années 60. « J'aurai pu appeler ça « le temps des loisirs », mais j'ai préféré prendre Playtime. » disait-il. Il cherche à mettre en garde ses contemporains: « Que signifient la réussite, le confort, le progrès, si personne ne connaît plus personne, si on enlève des immeubles faits à la main pour les remplacer par du béton, si l'on déjeune dans des vitrines au lieu de se retrouver dans de petits restaurants où l'on a envie de parler, si l'épicerie ressemble à la pharmacie ? » (Le Monde, le 24 avril 1958). Dans l'extrait choisi (les dernières scènes du film) vous retrouverez ces dénonciations mais surtout l'autre thème dominant de Playtime: humaniser le progrès, redonner sa place à l'homme dans ce monde métallique où domine le gris. A l'heure de la mondialisation, Palytime annonce l'uniformisation vécue de nos jours mais offre une vision alter mondialiste : les vues passent de la ligne droite (l'ordre) au cercle (la fantaisie, le chemin à inventer ou à découvrir). Alors toujours aussi contemporain Tati !
video

Chanter pour dénoncer la société industrielle au temps des Trente Glorieuses


Boris Vian écrit « la complainte du progrès » au début des années 50 dans une France en plein bouleversement économique: les Trente Glorieuses. Alors que les tickets de rationnement ne disparaissent qu'en 1949, Boris Vian prend conscience des transformations en oeuvre. L'objet est roi dans cette société de consommation. Le thème est également au cente du roman de George Perec, Les choses, dans lequel un jeune couple fuit dans la consommation au lieu de résoudre ses problèmes.

En 1971, c'est à dire à la fin des Trente Glorieuses, les Charlots composent "Merci patron". Cette chanson dénonce de manière goguenarde la vie et les rapports hiérarchiques de l'ouvrier spécialisé avec son patron. Dans ce scopitone (clip vidéo de l'époque), vous retrouverez la pointeuse, le bleu de travail, les fins de mois difficiles auxquels s'opposent la voiture, le costume et le cigare du patron. Cette chanson connaît alors un grand succès dans les milieux ouvriers et syndicaux. Utilisée pour contester l'ordre économique capitaliste, le quotidien L'Humanité, l'a encore utilisée en 2003 dans son spot publicitaire.

lundi 18 octobre 2010

11 novembre 1940, la Résistance et les lycéens



En cliquant sur le titre du billet, une vidéo de quelques minutes sur l'événement analysé par l'historien Olivier Wievorka.
La plaque commémorative en photographie est fixée à l'angle du boulevard Arago et de la rue de la Santé afin de rappeler aux passants l'engagement des étudiants, lycéens rejoints par d'autres parisiens le 11 novembre 1940.


Voici l'un des premiers actes de résistance collective à Paris contre l'occupant. Une autre plaque commémorative le rappelle à l'angle du boulevard Raspail et de la Rue du Cherche-Midi. En voici le texte:

« Les jours précédant le 11 novembre 1940, des tracts ont circulé dans les lycées parisiens, notamment à Janson de Sailly, Carnot, Condorcet, Buffon, Chaptal et Henri IV, ainsi qu’à la Corpo de Droit, dans le Quartier latin, appelant à manifester le jour de l’Armistice, à 17 h 30. Le 10 novembre 1940, plusieurs journaux parisiens publient un communiqué de la préfecture de police stipulant que : « Les administrations publiques et les entreprises privées travailleront normalement le 11 novembre à Paris et dans le département de la Seine. Les cérémonies commémoratives n’auront pas lieu. Aucune démonstration publique ne sera tolérée ». Des instructions très fermes ont été transmises aux inspecteurs d’Académie et aux chefs d’établissement : les cours ne doivent pas être interrompus et la traditionnelle commémoration devant le monument aux morts de chaque établissement devra se dérouler en présence des seuls professeurs. Le matin du 11, des inspecteurs de police visitent les lycées parisiens, ne constatant rien d’anormal. Mais à partir de 16 heures, à la sortie des cours, une majorité de jeunes, mais aussi des enseignants, des parents d’élèves, des anciens combattants, commencèrent à confluer vers les Champs Elysées. D’abord silencieuse, la manifestation laisse bientôt échapper des acclamations faisant référence au général de Gaulle, et quelques drapeaux tricolores feront aussi leur apparition. La répression par la Wehrmacht commencera à 18 h 00. Il y eut une centaine d’arrestations, dont 90 lycéens et quelques blessés. Au total, environ 2500 jeunes gens ont participé à ce qui fut l’une des premières manifestations collectives de résistance à l’occupant. »

http://itinerairesdecitoyennete.org/journees/22_oct/index.php site pour approfondir la Résistance et les jeunes.

Je vous invite à y réfléchir entre autre dans le cadre du concours de la Résistance et de la déportation (dont le thème de cette année est, je le rappelle, "La répression de la Résistance en France par les autorités d'occupation et le régime de Vichy") .


dimanche 17 octobre 2010

Carlos Gardel, fils de l'immigration européenne ?



Carlos Gardel (Charles Romuald Gardès) serait né en France, à Toulouse, le 11 décembre 1890 (son arbre généalogique? ) et meurt en pleine gloire le 24 juin 1935 dans un accident d'avion à Medellin.
Il aurait quitté la France à l'âge de deux ans avec sa mère Berth Gardès (27 ans), célibataire. Arrivés à Buenos Aires, ils s'installent dans le quartier des immigrants européens, le Mercado de Abasto (marché aux fruits et légumes). La musique est partout présente et le tango très en vogue en ce début de XX ème siècle. Très tôt (à l'adolescence), il quitte sa mère pour chanter dans les cafés comme au O'Rondeman contre de la nourriture. Son répertoire à cette époque, se compose essentiellement de chants créoles. A 21 ans (1911), José Razzano et Carlos Gardel (nom de scène qu'il adopte alors) forment un duo. En 1917, il est reconnu pour ses talents de chanteur de tango. Dès les années 20, il embarque pour l'Europe où ses tournées triomphent. A New York dans les années 30, il enchaîne les films et les concerts. Il y rencontre le tout jeune Astor Piazzola. Sa carrière s'achève précocement dans un accident d'avion.
Pour l'écouter, cliquez sur le titre du billet.

vendredi 15 octobre 2010

Le Taïpei 101, entre ciel et terre













Gratte-ciel le plus élevé de la capitale de Taiwan du haut de ses 101 étages, 509 mètres de haut.
Taiwan, NPIA (Nouveau Pays Industrialisé de l'Asie), est également l'une des zones des plus sensibles de la ceinture de feu du pacifique puisque 60 % des séismes du monde s'y produisent chaque année en plus de 3 à 4 cyclones.
Près de 10 000 personnes par jour fréquentent le bâtiment pour le travail (bureaux des sièges sociaux de grandes entreprises), pour le tourisme ou encore son luxieux centre commercial au 6 étage, ses restaurants...

Comment construire un gratte-ciel dans de telles conditions ?
Il est l'un des symboles de la réussite économique et financière du pays tout en affichant en façade sa tradition chinoise.
Un balancier de 660 tonnes, installé entre le 87 ème et le 92 ème étage, sert à amortir les mouvements (photo ci-dessus). Ses ascenseurs (63 en tout desservant 2 niveaux ou des express) sont les plus rapides du monde: 60 Km/h ! L'express est équipée d'un contrôleur atmosphérique pour soulager les tympans.
Sa forme est celle d'un bambou et les éléments d'architecture qui ornent la façade sont des signes Feng schui: des têtes de dragons stylisés sont signes de pouvoir et de succès. Les fontaines, au pied de la tour, ont pour fonction de préserver ou multiplier les richesses des locataires de l'immeuble.
Pour un tour en quelques minutes une vidéo (qui date un peu) mais témoigne de ce gratte-ciel du XXI ème siècle: http://www.dailymotion.com/video/x3hcuw_37-secondes-dans-l-ascenseur-le-plu_news

dimanche 10 octobre 2010

Football et immigration



Jusqu'au 2 janvier
, la CNHI (Cité de l'Histoire de l'Immigration) propose une exposition sur les relations entre le football et l'immigration.
En effet, sport anglais, à l'origine, il s'est largement diffusé et démocratisé. Fait de société, il est également devenu un enjeu politique, économique et financier. Les joueurs incarnent une forme de réussite hors des chemins traditionnels.
Cette exposition s'articule autour de trois problématiques françaises:
-Comment un sport élitiste en Angleterre a-t-il pu se démocratiser et se diffuser par le biais des clubs ?
-Comment fonctionne l'immigration des sportifs depuis 1932 ?
-Quelle est l'histoire des footballeurs marquants, immigrés ou d'origine étrangère, entre 1938 et 1998 ?

Le 11 novembre, jour de mémoire



Chaque année, le calendrier est ponctué de jours de mémoire collective. Ces derniers s'égrènent sans toujours être compris dans leur institution et évolution. A l'aide du site en lien avec le titre, vous pourrez découvrir l'histoire du 11 novembre en France.
Les enjeux actuels ne sont plus ceux des années 20 évidemment. En 2009, l'Allemagne était invitée à se joindre à la France dans ces cérémonies pour ensemble célébrer l'amitié franco-allemande. Le discours du président, éclairant ce point, insistait ainsi: "Nous ne commémorons pas la victoire d'un peuple sur un autre mais une épreuve qui fut aussi terrible pour l'un comme pour l'autre". Ce fut également la première cérémonie sans la présence de poilus.
La discipline historique a longtemps fait figure de matière à mémoriser pour être maîtrisée et dans ce cadre les cérémonies figuraient comme des lieux de mémoire d'un événement à apprendre et conserver sous le mode de la tradition avec ses mémoires, ses acteurs et témoins. Avec les cérémonies du 11 novembre 2009, il est claire que le présent prend le pas sur le passé. Pour aborder les relations complexes entre Histoire et mémoire, je vous conseille le lien suivant.

vendredi 8 octobre 2010

Le cinéma de Chaplin et l'émigration

Dans le cadre du cours introductif d'Histoire, les Secondes ont étudié des extraits de films présentant la vision de cinéastes sur l'émigration européenne aux Etats-Unis. L'Emigrant de Charlie Chaplin a donné lieu à une analyse.

Daté de 1917, Chaplin cherche à présenter, par le rire et l'ironie, un volet délicat de l'histoire américaine.
La première partie conduit le spectateur à réfléchir aux conditions de voyage des émigrants européens, tandis que les deux dernières évoquent les difficultés d'adaptation et d'intégration d'une population fragile mais désireuse de réussite dans le nouveau monde. Le génie de Chaplin est d'offrir un personnage décalé, drôle et attachant dans un cadre dramatique où les conditions de voyage et de vie des émigrants s'apparentaient davantage à celle des animaux.
Pour information, Chaplin a été présenté pendant les années 1950, en plein maccarthisme (McCarthyism en anglais), comme un acteur et cinéaste aux idées communistes. Parmi les pièces utilisées pour l'inscrire sur la liste noire, le coup de pied (début du second extrait) jugé anti américain. Il finit par quitter les Ètats-Unis pour la Suisse.


video



video


video

lundi 27 septembre 2010

Conférence Objectifs du Millénaire pour le Développement bilan


La conférence vient de s'achever, quelles décisions ont été prises ? Quelles sont les avancées ?
(le communiqué final en lien avec le titre)
Les Etats ont renouvelé leur "détermination à collaborer à l'amélioration de la condition économique et sociale de tous les peuples"annonce le communiqué final.
Les Etats membres ont rappelé que la "bonne gouvernance et l'Etat de droit sont indispensables pour parvenir à la croissance économique, équitable et partagée, au développement durable et à l'élimination de la pauvreté."
Ainsi, ils rappellent que la société civile (ONG, associations, fondations, entreprises du secteur privé ...) se joignent à eux afin de réaliser les OMD.
Plus de 40 millions de $ ont été promis (plus de 60 millions étaient estimés par B. Ki-moon) pour financer le point concernant la santé maternelle et infantile.
Un groupe de 61 pays (dont la France représentée par B.Kouchner) proposent un projet de financement reposant sur le prélèvement d'une taxe sur les transactions financières. Les décisions s'inscrivent dans la suite des engagements pris à Doha en décembre 2008.
Le rapport de cette commission est consultable ici.
Une fois les fonds récoltés, le secrétaire général a rappelé la nécessité de rassembler des spécialistes (dans les domaines médicaux, sociaux ...) afin d'agir rapidement tout en impliquant les populations locales dans les prises de décisions.
Photo extraite du site officiel de la France dans cette conférence.

Bernard Villemot, à l'affiche ( BNF)




A la galerie des donateurs du 5 octobre au 28 novembre (accès libre). Cliquez sur le lien du titre.
Bernard Villemot est né en 1911 et débute son travail au milieu des années 1930. Cette exposition a été réalisée à l'occasion d'un don d'affiches et de travaux, par ses héritiers. Elle offre un parcours varié à travers la France des Trente Glorieuses.
B. Villemot a marqué la vie des Français par des slogans publicitaires pour de grandes firmes privées, ou ses campagnes financées par l'Etat tel l'Emprunt charbon ou encore de causes nationales avec la lutte contre l'alcoolisme "quand les parent boivent" en 1957. L'exposition propose de découvrir son oeuvre à travers un parcours chronologique et un choix d'affiches, de croquis préparatoires et d'esquisses en grand format.




lundi 20 septembre 2010

L'Hôtel Nissim de Camondo



Une visite s'impose dans ce luxueux hôtel tout proche du parc Monceau et du lycée et dont les installations datent de 1912. La cuisine (photo ci-dessus) offre un exemple de modernité tout à fait remarquable pour l'époque, témoin de la révolution industrielle.
Le titre est relié au site du musée.

Conférence OMD vue dans la presse du 20 septembre


Direct matin du Lundi 20 septembre 2010: quelques remarques sur les attentes.
Dans Le Monde daté de lundi 20 septembre 2010: Petite historique des OMD puis après les réussites obtenues avant 2015, les attentes de cette Conférence.
Libération daté du 20/09/2010 ouvre la question difficile du "financements innovants" des moyens pour atteindre les objectifs fixés.http://www.liberation.fr/monde/01012291211-les-dirigeants-du-monde-reunis-a-l-onu-pour-reduire-la-pauvrete
Pour l'Humanité, un dossier s'attarde sur le VIH et les OMD, le problème de fond de la santé publique et la faim dans le monde.http://humanite.fr/19_09_2010-lonu-relance-ses-huit-travaux-dhercule-453762
La Croix publie entre autre un intéressant article sur le rôle récent des pays émergents au près de l'OCDE et de l'aide apporté aux plus pauvres: http://www.la-croix.com/Les-grands-pays-emergents-aident-au-developpement-a-leur-fac/article/2439768/55351
Cette courte revue de presse n'est pas complète mais peut apporter quelques réponses aux questions que vous vous posiez.

mercredi 15 septembre 2010

Le procès de Nuremberg

Le procès de Nuremberg s'installe dans une ville hautement symbolique aux yeux des vainqueurs (là les nazis ont proclamé les lois antisémites en 1935 et s'y rassemblaient). C'est aussi l'une des ville disposant des locaux nécessaires à la tenue du procès en Allemagne.

Les règles de fonctionnement du tribunal suivent la procédure anglo-saxonne. Les chefs d'accusation sont crime contre la paix et complot, crime de guerre, crime contre la paix, crime contre l’humanité.

Les juges représentent les 4 puissances qui ont vaincu l'Allemagne: les Etats-Unis, la France, le Royaume Uni et l'URSS.

Pour voir quelques images du procès, j'ai retenu un groupe de 9 clips de 10 minutes.

http://www.tagtele.com/videos/voir/30075/1/

Le 1/9 permet de comprendre les conditions uniques de ce procès et l'entrée des inculpés.

Le 2/9 Les inculpés doivent plaider "coupables" ou "non coupables". Les images jouent un rôle fondamental dans ce procès, l'extrait en témoigne suite dans le 3/9.

4/9 et suivants cherchent à juger la part des responsabilités des accusés dans l'organisation du système nazi.

Le dernier s'achève sur le verdict et les sentences annoncées.

En cliquant sur le titre de ce billet vous pourrez visiter la page d'un site d'Histoire qui complétera ces informations.

Pour le procès de Tokyo, vous pourrez consulter la page de ce blog:

http://tribouilloyterminales.over-blog.com/article-12817710.html


lundi 13 septembre 2010

2010-2015 Sommet sur les objectifs du Millénaire pour le Développement



Du 20 au 22 septembre 2010, le secrétaire général des Nations Unies réunit à New York les dirigeants du monde entier pour un sommet sur les OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement). En effet, d'ici les cinq prochaines années, les pays qui s'y sont engagés doivent tenir leurs engagements, or, les objectifs visés sont encore loin d'être atteints.
Vidéo des musiciens ayant composé et joué pour la promotion des OMD

dimanche 12 septembre 2010

"Développement durable" et géographie


Les programmes de la nouvelle classe de Seconde font la part belle au "développement durable" souvent abrégé "DD". Concept racoleur et mode pour certains, pour d'autres polémique... Qu'en penser ?
Développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. Cette définition a été formulée à la conférence de Rio de Janeiro en 1992. Cette conférence fut l'occasion, pour la première fois, de médiatiser la notion de développement durable (sustainable development) préalablement défini par l'ONU en 1987 (rapport Brundtland).
Le terme de
sustainable a été traduit par l'adjectif durable dans la mesure où le mot soutenable, en français, n'implique aucune dimension temporelle. Il s'agit de tenter de concilier les impératifs du développement, plus particulièrement pour les pays du Sud en retard, avec les contraintes environnementales au Nord comme au Sud.
Néanmoins, malgré des différences d’interprétation parfois fortes, tout le monde reconnaît maintenant que cette notion recouvre les trois aspects fondamentaux du développement et de la qualité de vie de nos sociétés : le développement économique, la protection de l’environnement et le développement social et humain.
La France a crée en mai 2007 le ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat dont le ministre actuel est Jean-Louis Borloo. Le site officiel: http://www.developpement-durable.gouv.fr/
Les débats qu'engendre le Développement durable ne peuvent être résumés tant ils sont nombreux.
Sylvie Brunel, géographe et spécialiste des questions de développement, professeur à l'université de Paris IV Sorbonne, sur la quatrième de couverture de A qui profite le développement durable ? paru en 2008, propose les réflexions suivantes "Aujourd'hui le développement durable est partout, mis à toutes les sauces. Les grands prédicateurs de cette nouvelle religion nous somment de nous comporter en "écocitoyen" sous peine de sacrifier les générations futures ... Pour autant le développement durable profite-t-il à tous ?..."La vidéo suivante est une interview de Sylvie Brunel permettant d'ouvrir des pistes :

samedi 11 septembre 2010

Le concours national de la Résistance et de la déportation 2011

Le thème retenu pour 2011 est
"La répression de la Résistance en France par les autorités d'occupation et le régime de Vichy".

Le règlement du concours est disponible au BO: http://www.education.gouv.fr/cid51646/mene1000409n.html
Il est possible de concourir individuellement, en groupe ou en classe. C'est un moyen d'entrer dans le travail de l'Historien dès le lycée.
Le site d'Histoire Géographie de l'académie propose aux intéressés quelques pistes afin de se préparer http://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_232916/concours-national-de-la-resistance-et-de-la-deportation-2011

Les Journées européennes du patrimoine 18 et 19 septembre 2010


































Les journées européennes du patrimoine vous offrent de visiter, découvrir près du lycée samedi un parcours sur les cariatides et autres figures en façade des immeubles haussmaniens. Pour ceux qui souhaitent marcher dans les pas de Frédéric Chopin dans Paris... ou encore flâner dans les parcs si le soleil le permet..http://www.paris.fr/portail/loisirs/Portal.lut?page_id=9642&document_type_id=4&document_id=89666&portlet_id=24046 pour le site de la ville de Paris ou encore sur le site national:http://www.journeesdupatrimoine.culture.fr/node/133

lundi 6 septembre 2010

La Seconde Guerre mondiale au petit et grand écran




Affiche du japanime Le tombeau des lucioles de Takahata
Le début du programme de Terminale invite à comprendre en quoi la Seconde Guerre mondiale marque une rupture à la fois géopolitique, économique, scientifique ....
Bien des cinéastes ont tourné dès la fin de la guerre pour dénoncer sa violence et ses conséquences comme Imamura dans Pluie noire ou Takahata avec Le tombeau des Lucioles présentant les événements vécus par les Japonais.
Afin de pouvoir voir, revoir ou découvrir certains de ces classiques du grand écran, je vous propose un lien fournissant des clés de lecture, des analyses :http://mondomix.com/blogs/samarra.php/2010/08/30/la-guerre-du-pacifique-du-petit-au-grand

La chaine cryptée, en cette rentrée, propose également une nouvelle série "The Pacific" produite par Steven Spielberg et Tom Hanks. Avant de la regarder, vous pouvez l'aborder par ce lien: http://mondomix.com/blogs/samarra.php/2010/08/17/la-guerre-du-pacifique-petit-ecran-1

dimanche 30 mai 2010

Prévisions et cyclones dans la France Outre-mer




Un cyclone (du Grec «Kuklos»= cercle) est une masse atmosphérique formée en zone tropicale animée d'un mouvement de rotation et accompagnée de vents supérieurs à 120 km/h, d'une forte dépression atmosphérique et de pluies abondantes.
Les catastrophes naturelles provoquent de nombreuses victimes, et tout particulièrement les cyclones tropicaux, ouragans ou typhons. Le recensement des victimes de 1947 à 1980 les place d’ailleurs en tête des cataclysmes. Les dégâts subis par une région sont directement liés à sa distance par rapport à la trajectoire du centre (l’œil) et la force du cyclone. Il existe une échelle mesurant l’intensité des ouragans appellée Saffir-Simpson.
Concernant les DOM, le risque de voir un phénomène cyclonique, sous forme de tempête ou ouragan, est en moyenne de 1 tous les 4 ans aux Antilles (Guadeloupe et Martinique) et en Réunion. La Guyane est moins touchée par ces phénomènes. De 1886 à 1989, 52 ouragans ont touchés les îles françaises, dont 29 ont affecté la Guadeloupe.
S’il est évident que l’on ne pourra jamais empêcher un cyclone de frapper, le but qui doit être visé en permanence est de faire en sorte que toutes les pertes en biens surtout en vies humaines soient minimales.
Comment les populations se protègent-elles face à ces aléas ?

La prévision cyclonique, c’est avant tout les prévisions de trajectoires et d’intensités, par données satellites, radars météorologiques ou grâce à des stations d’observations au sol et en altitude, qui conditionnent directement les prévisions d’impact (vent, quantité de précipitation, marrée de tempête, etc.). En plus d’une prévision cyclonique, il est préférable que la population soit éduquée de longue date pour réagir de façon appropriée face au péril cyclonique et que l’avertissement soit diffusée suffisamment tôt pour permettre à la population d’être organisée et de prendre des mesures. Pour ce faire, la population est en permanence informée par les médias, l’école et la circulation de plans d’urgence tel que le Plan de Secours Spécialisée «  Cyclone » (Cf : Conduite à tenir pour prévenir les accidents dus aux cyclones). Cette importance de la prévention est donc capitale dans la préservation des vies humaines. Elle permet aussi de se préparer à l’après cyclone et de mobiliser les forces pour une remise en état rapide.
On ne peut totalement se protéger des effets des cyclones violents, en particulier de ceux des cyclones tropicaux. Cependant, en zone à risque, un aménagement adapté et prudent des territoires peut permettre de limiter les dégâts humains et matériels dû au vent, aux précipitations et aux inondations. Une architecture offrant moins de prise au vent, l’absence de construction en zone humide, des réseaux électriques enterré et isolés de l’eau, le maintient ou la restauration des zones humides tampons, la préparation des populations, des antennes et éoliennes qu’on peut « coucher » le temps de la tempête etc, peuvent y contribuer.
Le cyclone HUGO ( de catégorie 5) ayant frappé la Guadeloupe en 1989 n’a provoqué que  11 victimes alors que le Grand Cyclone de 1928 avait fait 1270 victimes. Il existe deux raisons à l’origine de cette importante différence : d’une part la population était prévenue du danger et d’autre part le cyclone HUGO a frappé la nuit. Mais nous comptons beaucoup de dégats matériels, notamment dans les cultures. Voici une vidéo amateur montrant la progression du cyclone HUGO.

Le « déjà vécu » peut aussi faire évoluer les systèmes de protection et la vigilance des populations. Ainsi, les pertes en vies humaines ont tendance à diminuer d’une décennie à l’autre. Les systèmes de protection de la population sont surtout de l’ordre de la prévention. L’Homme ne fait pas le poids face aux aléas cycloniques et même des constructions telles que des maisons solides et adaptées y résistent difficilement. Les moyens de protection varient selon la force du cyclone.
On ne peut que prévoir et prévenir.

Travail réalisé par un groupe d'élèves de Première S


Sources :
http://tempete.ifrance.com/comprendre.htm
http://www.assemblee-nationale.fr/11/rap-off/R1540-02.asp#P304_25885
http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/breves/2004/7.htm

vendredi 28 mai 2010

Le nucléaire en France, énergie propre ? (exposé d'élèves)

Voici un travail collectif des Premières réalisé en diaporama. http://bit.ly/cl0W5Q
Le choix de la centrale étudiée est celle de Flamanville. L'exposé a été développé autour du sujet 1.

EPR= un Réacteur pressurisé européen

Pour obtenir la carte des centrales nucléaires en France :http://energies.edf.com/edf-fr-accueil/la-production-d-electricite-edf/-nucleaire/les-centrales-nucleaires-120223.html

En reprise, j'ai rappelé le devoir du géographe ou de l'historien, de rester dans une démarche s'attachant à une étude non seulement géographique mais surtout non partisane dans un sujet aussi polémique.

jeudi 27 mai 2010

La forêt de Fontainebleau, exemple d'une forêt périurbaine


La forêt de Fontainebleau, « poumon vert » de l’Ile de France, est située en Seine et Marne.
Elle possède une superficie d’environ 25 000 ha et elle reçoit chaque année 13 000 millions de visiteurs (autant que le parc EuroDisney!).
Elle est essentiellement constituée de chênes, de pins sylvestre et de hêtres et possède une faune diversifiée.
Ses blocs de grès en font un lieu internationalement connu pour l’escalade.
Elle est également célèbre pour avoir inspiré de nombreux artistes.

Une forêt périurbaine est située à moins de 30 km d’une agglomération de 50 000 habitants. Ce qui est le cas de la forêt de Fontainebleau.Elles apparaissent, du fait de leurs fonctions sociales, comme des espaces indispensables et complémentaires de la ville. Les municipalités, lorsqu’elles en sont propriétaires, tentent de mettre en place des modes de gestion conformes aux attentes des citadins, mais cela nécessite de composer entre les représentations collectives de la « forêt idéale » et les impératifs de gestion.
En 1992, le ministre de l’Agriculture a produit une circulaire qui définit des directives de gestion des forêts domaniales périurbaines, insistant sur la nécessité d’être vigilant pour leur protection foncière, mais aussi sur la sauvegarde de la diversité biologique.

La forêt périurbaine de Fontainebleau a bien une fonction sociale en ayant une fonction paysagère (grande diversité de faune et de flore), une fonction récréative (possibilité d’escalade des blocs rocheux, 300 km de sentiers balisés pour les piétons, promenades à vélo dans les allées forestières…) et une fonction pédagogique (sorties thématiques organisées autour de la faune, de la flore, des métiers de la forêt et des réserves biologiques…).
La forêt de Fontainebleau obéit également aux impératifs de gestion en préservant le milieu et en protégeant la nature, symbolisée en forêt de Fontainebleau par la présence du cerf et du sanglier, par exemple grâce à l’organisation de conférences réalisées par des associations pour sensibiliser la population.
La forêt de Fontainebleau possède également le label « réserve de biosphère » attribué par l’Unesco ce qui favorise la conservation et l’utilisation des ressources naturelles sur ce site.

Pour plus de renseignements sur la forêt de Fontainebleau:http://www.seine-et-marne.fr/la-foret-de-fontainebleau

billet publié par un groupe d'élèves de Première S3